ACTUALITES

Les éditeurs d’Afrique francophone invités à s’adapter

L’avènement des nouvelles technologies est en train de modifier la nature et le mode de distribution des biens culturels. Si l’industrie musicale a été la première à en avoir été affectée, tous les secteurs sont désormais touchés, et en particulier le monde du livre. En effet, les e-books, les audiolivres, l’impression à la demande, les sites de vente en ligne et l’expansion de la téléphonie mobile sont en train de transformer le mode de circulation des textes. Le déploiement de l’édition numérique dans l’Afrique francophone subsaharienne et de l’Océan Indien est donc une question qui mérite d’être débattue. C’est ce qu’a compris l’Association Afrilivres, qui a décidé d’accompagner les éditeurs indépendants de l’Afrique francophone dans leur transition vers le numérique. Et ce, en les édifiant sur les divers moyens pour y parvenir.

L’enjeu en vaut la chandelle : s’adapter ou disparaître. Pour Abdoulaye Fodé, Président de Afrilivres, « les éditeurs africains sont obligés de s’adapter aux outils du numérique qui révolutionnent désormais notre environnement et qui permettent la circulation efficace du livre ». Décliné en quatre sous-thèmes, notamment « l’impression à la demande », « livre et paiement numérique », « la communication numérique au service du livre » et « les aspects légaux du numérique », l’atelier de Lomé a été un bel espace d’échanges sur les expériences en la matière des éditeurs africains.

Cela dit, les échanges ont achoppé sur une question principale : la piraterie. En effet, les nouvelles technologies ont montré leur limite dans la protection des œuvres de l’esprit. Une situation qui constitue la méfiance majeure des éditeurs africains vis-à-vis du numérique. Pour eux, l’ère électronique, c’est la possibilité que les textes soient copiés ad infinitum. Ce qui serait une grande menace contre le commerce même du livre. Ne tenant pas à subir le même sort que les maisons de disques, les éditeurs africains ont donc expliqué à quel point le piratage pèse dans leur décision de ne mener aucune incursion dans le domaine de la vente de livres électroniques.

Malgré toutes ces réserves, l’atelier de Lomé a montré les limites de l’édition sur papier. Et les éditeurs africains devront, tôt ou tard, intégrer les formats numériques dans leurs projets éditoriaux.

Afrilivres, l’initiateur de l’atelier, est une association qui regroupe une cinquantaine d'éditeurs d'Afrique francophone subsaharienne et de l'Océan Indien (Madagascar, Maurice). Elle a été créée en 2002, et a pour mission de promouvoir et de diffuser le livre africain, lui assurer une meilleure visibilité et circulation. Pour rentre effectif l'atelier de Lomé, Afrilivres a bénéficié du soutien l'Organisation internationale de la Francophonie et des Editions Graines de Pensées.

VALLESSE EDITIONS

EDITION - DIFFUSION - DISTRIBUTION • II PLTX - SOCOCE - RUE K115 - VILLA 109 • 01 BP 2290 ABIDJAN 01 • TEL : +225 22 410 821 / 22 410 857 • FAX :+225 411 620 • MAIL : edition_vallesse@yahoo.fr